Avec la troisième sécheresse de suite, l’Australie ne représente plus que 5 % des exportations mondiales de blé contre 12 % en 2016/2017.

Jamais depuis 1909, les États-Unis n’ont eu des emblavements de blé d’hiver aussi faibles. Au Texas en particulier, on préfère planter du coton.

À la mi-octobre, la Chine avait acheté sur 2019, 20 mt de soja, 700 000 tonnes de viande porcine, 700 000 t de sorgho, 320 000 t de coton et 230 000 t de blé. Le chiffre donné par les Chinois pour le porc est plus du double de celui publié par l’USDA (300 000 t) et ne cadre pas avec des données chinoises d’importations globales de porc sur les neuf premiers mois de 1,3 mt. Par ailleurs, la Chine a donné des exemptions pour 10 mt supplémentaires d’importation de soja.

En 2019/2020, le Brésil avec une prévision de production de 120 mt selon la CONAB deviendrait le premier producteur mondial de soja dépassant les États unis, affectés par la sécheresse, qui ne produiraient que 96 mt d’après l’USDA.

Partager sur les réseaux sociaux :