Le pétrole à la croisée des quotas
Le verre semble déjà à moitié plein : à $ 40 le baril et plus pour le Brent comme pour le WTI (celui-là même qui pendant quelques heures avait fait $ 40 mais en négatif !) une bonne partie du chemin a été parcourue pour revenir au « graal » des $ 60 d’équilibre « fiscal » pour la plupart des producteurs.
Mais voilà le verre vide : cela a un coût, celui d’une baisse de production de quelque 10 millions de barils/jour (mbj) que les pays de l’OPEP voudraient bien diminuer un peu (à 7 ou 8 mbj) sans être vraiment sûrs que la demande sera là. Et encore, grâce aux États-Unis et à leurs embargos, le Venezuela et l’Iran ont été pratiquement rayés de la carte pétrolière mondiale. Mais, à $ 40 le baril justement, certains pétroles de schiste redeviennent rentables même si l’activité de forage de nouveaux puits demeure très faible.
Les niveaux actuels ne se maintiendront que tant que les producteurs accepteront de respecter leurs engagements, tant que l’Arabie saoudite et la Russie accepteront de jouer le jeu et de compenser les dépassements de l’Irak ou du Nigeria. Mais une fin d’année autour de $ 30 demeure notre scénario central.
Quant au gaz naturel, qu’il s’agisse de celui qui transite par gazoduc ou du GNL, ses prix ont légèrement rebondi, mais restent à des niveaux historiquement déprimés, inférieurs aux coûts de production, parfois même à prix négatif, ce qui explique la reprise du torchage au-dessus des puits de pétrole. Ceci étant, par rapport au marché spot, les prix des contrats, en partie indexés sur le pétrole, restent un peu plus favorables.

Abondances agricoles
Quant aux marchés agricoles, ils restent marqués par d’excellentes conditions climatiques : la mousson est abondante en Inde, l’Australie se prépare à des récoltes historiques… Résultat, le monde devrait produire en 2020/2021 quelques 3 340 millions de tonnes de grains. Seule parmi les grands exportateurs, l’Union européenne devrait s’inscrire en net recul pour l’essentiel du fait de la baisse de production de blé en France (31,3 mt contre 39,5 mt l’année précédente). Ceci a permis de maintenir les cours du blé européen au-dessus de € 180 la tonne (fob Rouen).
Mais c’est vers la Chine que se tournent désormais tous les regards. En dépit des tensions sino-américaines, la Chine s’est tournée de plus en plus vers les États-Unis pour se fournir en soja, maïs (des achats records fin juillet) et viandes, surtout de porc. Mais ces achats ne compenseront pas l’augmentation attendue des productions américaines qui bénéficient pour l’instant aussi de conditions climatiques optimales (il se dit même que les États-Unis pourraient approcher de la barre mythique des 400 mt de maïs !).
Pour les produits tropicaux, l’heure est bien à la morosité : autour de 12 cents la livre, le sucre continue à souffrir de la faiblesse du réal brésilien. Des excédents pèsent aussi sur les marchés du café et surtout du cacao revenu en dessous de $ 2 300 la tonne et qui « souffre » lui aussi de bonnes conditions climatiques augurant d’une bonne récolte principale en Côte d’Ivoire et au Ghana. Le prix du cacao risque de peser lourd dans une campagne électorale ivoirienne marquée par le retour de vieux adversaires, les présidents Ouattara et Bédié.

En attendant…
Le monde vit donc ces dernières semaines d’été dans l’hémisphère nord sous la menace d’un Covid plus insaisissable que jamais. L’espérance d’un net rebond économique dès l’automne reste légitime, mais procède quand même d’un certain optimisme.
Et puis, l’essentiel n’est pas là : cette crise marque une rupture qui n’est pas seulement conjoncturelle. Elle a mis en évidence en bien des pays les faiblesses de l’État-providence. Elle a fragilisé des chaînes de production fondées sur l’exploitation de main-d’œuvre presque servile par quelques « manipulateurs de symboles ». Elle a cruellement illustré ce « grand désordre du monde » dont nous avions fait un des sous-titres du CyclOpe 2020. Il va nous falloir beaucoup de patience pour commencer à imaginer le « monde d’après ».

Philippe Chalmin

Ephémérides

6/07

• Sainte-Sophie de Constantinople redevient une mosquée
• Menaces américaines de taxes à hauteur de $ 1,3 milliard contre la France si la taxe GAFAM est mise en place
• Amende de $ 2 milliards pour Norilsk à la suite d’une pollution fluviale

13/07

• Les États-Unis mettent fin au régime préférentiel de Hong Kong
• L’amende d’Apple à propos de ses impôts en Irlande est annulée par la Cour de Justice européenne
• Le grand barrage d’Éthiopie commence à se remplir au grand dam de l’Égypte et du Soudan
• Décision de Boeing d’arrêter le 747
• La tonne de carbone dépasse les 30 euros
• 3,2 % de croissance en Chine au deuxième trimestre
• 600 000 morts du Covid au 19 juillet

20/07

• Record pour le prix de l’or et dollar au plus bas depuis deux ans
• Reprise du Covid en Europe
• Discussion aux États-Unis sur un nouveau plan de relance
• Deuxième trimestre : États-Unis – 9,5 %, France – 13,8 %

Partager sur les réseaux sociaux :